Comment devenir photographe professionnel en 2019 ?

À l’ère de l’Internet et du numérique, le métier de photographe professionnel attire de plus en plus de personnes. Pour cause, les services d’un photographe professionnel sont très sollicités dans de nombreux domaines aussi bien personnels, familiaux que professionnels. Quels sont les requis pour en devenir un et les retombées qu’on peut en récolter ? Suivez le guide.

Pourquoi devenir photographe professionnel ?

Plusieurs raisons peuvent en effet être à l’origine d’un souhait de devenir photographe professionnel. La première est de pouvoir réaliser et vendre de jolis clichés originaux ou de belles photographies mettant en avant la beauté des lieux, du paysage, de l’objet ou de la personne visée. En effet, en tant que profession artistique, ce métier permet de capter, de conserver à jamais ou de mettre sur papier des instants uniques comme un coucher de soleil par exemple. Pris à des moments précis et bien déterminés, ces clichés font découvrir ce que les yeux n’arrivent pas à capter à des instants précis. Cet aspect de la profession du photographe se limite toutefois dans le cadre des expositions en salle, à l’instar de ce qu’un peintre fait avec ses tableaux.

Actuellement, il va bien au-delà, car servant à faire la promotion d’un produit ou à vanter les qualités d’un article, etc. C’est le cas dans le monde du commerce en ligne ou dans les magasins physiques, lors des promotions de produits ou de services. Il en est de même pour les magazines en papier ou en ligne dont les couvertures, les pages et autres doivent être égayées de photos attrayantes pour attirer le regard ou l’attention des lecteurs ou des internautes. Le cliché du photographe professionnel qui se cantonne à la prise de photos d’identité, photos familiales et autres et donc bel et bien fini. Le métier évolue au fur et à mesure que change et se modernise la société en général. Il nécessite dans ce cas certains savoir-faire et expériences dans le domaine.

Les missions d’un photographe professionnel

Comme dit auparavant, il ne suffit plus de savoir se servir d’un appareil photo pour être un bon photographe professionnel. Le métier est actuellement régi par des missions spécifiques, donc, nécessitant des aptitudes bien déterminées pour les mener à bien.

La première mission d’un photographe professionnel est évidemment de réaliser des prises de vue. Cela est valable tant pour le reporter photographe que pour celui travaillant en studio. Aussi, pour les réussir, il doit prendre le temps de préparer le sujet, le produit ou le paysage afin d’en obtenir les meilleures prises de vue possible. Comme il s’agit d’un métier artistique, ces prises de photos nécessitent ainsi du savoir-faire dans le choix de la lumière, de l’angle et du cadrage. Il faut faire de même pour faire correspondre à la thématique à laquelle elle est dédiée, la photo, sujet d’actualité mettant en scène plusieurs personnes ou autres. Avant d’appuyer sur le déclencheur, un certain temps de préparation est de ce fait requis, pouvant être long ou bref selon la situation.

À l’ère des nouvelles technologies et du numérique, la retouche de photos fait aussi partie du travail d’un photographe professionnel. Comme il peut être amené à utiliser un reflex numérique, ses photos pourront donc être visualisées sur ordinateur et des fois, quelques retouches peuvent être nécessaires. La manipulation de logiciels relatifs comme Photoshop est ainsi requise, une raison de connaître suffisamment leurs fonctionnements et maniements. Un photographe digne de ce nom doit ainsi savoir manier un ordinateur et avec, les logiciels relatifs au montage et retouche de photos.

Même si le développement de photos est maintenant confié à des laboratoires, un photographe professionnel doit aussi savoir comment développer des clichés dans une salle noire. C’est pourquoi ce programme fait partie de ce qu’on inculque aux élèves dans les établissements d’apprentissage du métier. Ainsi, au lieu de confier cette tâche à un tiers, ne serait-il pas mieux de s’en occuper soi-même lorsqu’on est photographe professionnel indépendant ?

Les formations requises pour devenir photographe professionnel

Devenir photographe professionnel ne s’improvise donc pas, mais nécessite une certaine préparation aussi bien en étude qu’en expérience dans le domaine. Des formations spécialisées existent ainsi, permettant d’en décrocher les diplômes requis pour devenir photographe professionnel. C’est le cas avec le CAP photo qui permet d’apprendre tout sur la photo même sans le baccalauréat. Permettant d’obtenir un diplôme d’État de niveau V afin de devenir photographe professionnel, il offre une bonne reconnaissance dans la profession, généraliste et complet.

Il en est de même pour le BTS photographie qui, est cependant de niveau bac S +2, une autre option intéressante pour ceux qui s’intéressent au métier. Elle forme des techniciens maîtrisant parfaitement toute la chaîne graphique comprenant numérisation, retouche d’images, scanner, PAO et autres, et ce, en vue de l’exercice de fonctions commerciales.

Des écoles supérieures publiques proposent aussi des formations relatives à la profession de photographe professionnel à ceux qui disposent de bac+5 après un bac+ 2. C’est le cas de l’École nationale supérieure Louis Lumière ou l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles. L’École nationale supérieure des arts décoratifs en est aussi une autre qui propose une spécialisation dans le domaine de la photographie vidéo. Il en est de même pour l’École des Beaux-arts qui offre une spécialisation photo à ses élèves. Cette dernière se compte une cinquantaine dans toute la France et chacune d’elles offre un DNSEP en communication, relatif à la photographie. La formation qui dure 2 ans se prépare après l’obtention d’un bac+3 ou d’un DNAT ou diplôme national d’arts et techniques.

Ces diplômes ne sont nullement obligatoires pour exercer le métier de photographe. Ce sont simplement des « plus » sur votre CV. Si vous voulez exercer en tant qu’indépendant ou autoentrepreneur, vous pouvez suivre une formation à distance en photographie dans un centre de formation. Vous pouvez également cliquer sur la photo ci-dessous pour en savoir plus.

Les qualités et compétences indispensables pour être photographe professionnel

Outre ces diplômes, d’autres qualités et compétences sont également requises pour exercer le métier de photographe professionnel. En effet, il est impossible de l’être si on ne dispose pas du minimum de créativité et d’inventivité nécessaire. Cela permet d’avoir le niveau d’imagination indispensable pour obtenir les meilleurs cadrages, le parfait éclairage ou encore le décor adapté à ce que l’on souhaite obtenir dans les clichés.

Pour qu’il puisse élargir le nombre de ses clients, le photographe professionnel doit aussi avoir le sens de la communication afin de mieux interagir avec ses modèles et autres professionnels participant dans la réalisation de ses clichés. Puisqu’il est amené à côtoyer de nombreuses personnes dans son métier, qu’il soit un photographe de mariage, un photographe d’art ou autre, il doit savoir communiquer avec autrui.

Outre ses propres clients, il doit être capable de bien communiquer avec son équipe de maquilleurs, coiffeurs, assistant, etc. Du tact et de la diplomatie sont nécessaires pour établir une bonne communication avec eux et faire en sorte qu’on arrive à en tirer les plus beaux clichés. Autrement dit, le photographe professionnel doit donc être suffisamment convaincant et connaître les bons arguments pour pouvoir vendre ses compétences dans le métier.

Parmi les qualités recherchées chez un photographe professionnel, il faut aussi citer l’aptitude d’adaptation sans faille dans la réalisation et la production de ses clichés, du début à la fin. Cela passe par la prise de vue, le développement, le tirage et la commercialisation de ses clichés. S’il confie le tirage à des tiers professionnels, il doit les choisir dignes de confiance, ne risquant pas d’usurper ses droits de propriétaires des images développées.

On doit également mentionner parmi les caractères que doit avoir un bon photographe professionnel, le sens de la technique et de la création. En effet, il ne suffit pas de se passionner pour la photographie pour en faire son métier. Certaines aptitudes sont de mise, outre les compétences clés essentielles permettant de s’en servir comme moyen pour vivre ou subvenir à ses besoins.

À l’instar de ce que fait une danseuse qui doit connaître de nombreuses techniques pour effectuer correctement ses figures et chorégraphies, le photographe professionnel doit aussi savoir les siennes pour arriver à capter de beaux clichés. Aussi, il doit incessamment cultiver cet amour de l’image via les diverses manifestations organisées pour ou en faveur comme les expositions dans les musées ou galeries, les livres, les voyages et les festivals par exemple. Cela lui permet d’affiner sa manière de percevoir les choses à travers son regard de photographe, donc d’affirmer sa personnalité via ses photos.

De la patience et une grande capacité d’écoute sont également de mise pour appréhender ce que souhaite le client en faisant appel aux services du photographe professionnel. Cela est valable tant du côté du ou des modèles qu’il va prendre en photo que celui de sa clientèle.

Enfin, un photographe professionnel doit aussi pouvoir se mettre à jour dans les technologies utilisées dans son domaine d’excellence. La connaissance des tendances dans le secteur lui permet de ne pas s’isoler et de trouver toujours des clients qui n’hésitent pas à payer le prix fort pour recourir à ses services. C’est le cas actuellement pour la maîtrise des outils ou des solutions informatiques utilisés dans le domaine de la photographie.

Le métier est-il reconnu et/ou protégé ?

Pour la France, dans le répertoire des métiers, celui du photographe est classé avec le code ROME : E 1201. En sont concernés aussi bien les assistants-photographes que les chefs opérateurs et les photographes aériens, animaliers, créateurs, culturels, d’architecture, etc. Il en est de même pour le photographe généraliste, illustrateur, industriel, itinérant, médical et tant d’autres encore. Leurs tâches communes comprennent la préparation et la réalisation de prises de vue photographique dans les reportages, publicités ou dans le domaine de la mode… Accessible à toute personne disposant d’un CAP ou d’un baccalauréat professionnel en photographie, il l’est aussi sur présentation de travaux personnels réalisés dans un book ou autre support permettant de prouver son savoir-faire dans le domaine.

Toutefois, pour rappel, rien ni personne ne vous oblige à passer ce brevet, le métier est libre d’accès pour tous, vous pouvez donc exercer légalement le métier de photographe sans aucun diplôme.

Quels sont les débouchés du métier de photographe ?

Les principaux débouchés de la profession de photographe sont ainsi les agences de communication et de publicité ainsi que les groupes de presse. Les débutants dans le métier préfèrent en outre travailler en tant que freelances afin d’acquérir plus d’expérience. Aussi, ils peuvent devenir photographe de mariage ou photographe paysagiste ou encore photographe de portrait, suivant ses aptitudes et capacités. Exerçant comme photographe d’art, il doit savoir retranscrire aussi fidèlement que possible les sujets concernés comme les paysages, les modèles, les produits ou plats cuisinés, etc. Comme photographe de presse ou photojournaliste, il travaille surtout pour des agences de presse ou des médias. Il doit ainsi disposer de certaines connaissances en journalisme et détenir une carte de presse. En tant que technicien de laboratoire photo, il réalise en outre des tâches de traitement de photos dédiées à la réalisation d’épreuves photographiques, du développement à la finition en passant par le tirage. Le professionnel travaille ainsi essentiellement sur des machines automatiques et numériques.

 

Quel est le salaire d’un photographe professionnel ?

Voulez-vous savoir à combien s’élève le salaire d’un photographe professionnel. En fait, il n’y a pas de salaire fixe pour le métier de photographe professionnel. Le montant de celui-ci dépend en effet du secteur dans lequel le professionnel travaille, en laboratoire, dans une agence, pour un magazine, à son propre compte ou autre. Dans tous les cas, celui-ci est de 17 % supérieur au SMIC en vigueur sur le territoire français. Un technicien de laboratoire peut ainsi gagner jusqu’à 1300 euros bruts par mois, si un photographe de mode ou de paysage peut toucher plus, outre ses droits d’auteurs et autres. De manière générale, le salaire moyen annuel brut d’un photographe est de 35 750 euros par an, celui des hommes tournant autour de 2 417 net mensuel.  Le salaire de la femme photographe, quant à elle, est de 2 050 euros par mois, mais comme dit auparavant, cela peut aller plus selon le secteur dans lequel elle évolue. Le photographe indépendant, lui, peut facturer une journée de prise de vue de 700 à 1 200 euros minimums, la raison pour lui de savoir bien communiquer pour remplir son carnet d’adresses et avoir toujours du travail.

Quoi qu’il en soit, au premier abord, le salaire n’est pas la cause décisive dans le choix de ce métier. Celui-ci évolue progressivement au fur et à mesure de la reconnaissance de la qualité des prestations ou des services rendus par chaque professionnel.

Ce guide vous a été utile ? Donnez-nous votre avis via les 5 étoiles ci-dessous.

[Total : 3    Moyenne : 5/5]
elit. fringilla eleifend Sed sem, ipsum dictum odio libero